Comment encourager son enfant ?




enfant découragé



Comment encourager son enfant ?


Un enfant est en perpétuel apprentissage de connaissances. Il est parfois délicat de trouver les mots justes pour l’encourager convenablement sans tomber dans des phrases toutes faites.

L’enfant doit faire ses propres choix pour pouvoir mieux connaître ses capacités. Restez à son écoute.


Pourquoi encourager son enfant ?

Encourager son enfant permet de lui faire prendre confiance en lui tout en tissant un lien avec lui. Il est primordial qu’il se sente respecté. Accompagnez-le avec bienveillance dans son développement de tous les jours pour qu’il puisse devenir plus autonome.

N’oubliez pas d’exprimer votre ressenti « j’adore jouer avec toi » ou bien encore vous pouvez par exemple poser une question, en apprendre plus sur ses loisirs « Tu as dessiné un cheval, tu aimerais apprendre à en faire ? » L’intérêt que vous lui portez est important. Il l’incite à la curiosité, à approfondir ses réflexions sans être dépendant de vos compliments. C’est la motivation intrinsèque, elle est indépendante des facteurs extérieurs.

Car il arrive parfois que l’enfant fasse une action simplement pour plaire à son entourage sans réelle motivation derrière.


Pour renforcer sa confiance, il faut que son désir d’apprendre soit stimulé. Attention toutefois à aider l’enfant à faire de nouvelles expériences, sans le faire à sa place. C’est ce que l’on appelle l’étayage (en pédagogie, l'étayage est l'ensemble des mesures prises par un adulte pour aider un enfant à résoudre seul un problème.)

Ainsi les capacités de l’enfant sont respectées tout en l’accompagnant dans ses progrès, il pourra ainsi accroître ses compétences et en découvrir de nouvelles.


Lui apprendre l’échec

L’échec est inévitable, mais cela ne doit pas l’arrêter de progresser. Prenez le temps de bien lui expliquer l’échec. Dédramatisez, donnez-lui des exemples personnels pour qu’il comprenne que tout le monde échoue un jour ou l’autre. Rappelez-lui que c’est une étape sur le chemin de l’apprentissage, il doit tirer des leçons de ses échecs pour les rendre productifs.

Vous pouvez aussi lui parler de personnes célèbres comme :

- J.K Rowling l’auteur de Harry Potter qui a été refusée par 8 maisons d’édition avant d’être publiée.

- Michael Jordan a été viré de l’équipe de basket-ball de son lycée. Heureusement, Jordan n’a pas laissé ce revers l’empêcher de jouer et il a déclaré : “J’ai raté plus de 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu près de 300 matchs. À 26 reprises, j’ai été chargé de faire le tir gagnant, et j’ai raté. J’ai échoué maintes et maintes fois dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. ”


Alors, encouragez-le à continuer ses efforts, montrez-lui que la persévérance finira par payer.

Rassurez-le sur le fait qu’il ne vous déçoit pas en échouant à une tâche. Montrez-lui que vous avez vu ses efforts (« Cela a dû te demander du temps d’apprendre ce poème »).


Les compliments contre-productifs :

Il est facile de complimenter les petits gestes en pensant faire plaisir. Mais le plus souvent ses gratifications sont dites sans attention.

« Bravo »

« C’est bien »

« Tu es intelligent »

La puissance positive de ses mots peut avoir un effet inverse s’ils sont trop génériques. Pour inspirer de la motivation et de la confiance chez votre enfant il faut être plus précis, montrer que vous l’avez regardé effectuer sa tâche, que vous avez compris l’engagement et l’effort derrière. Que vous étiez présent et attentif à son action, que vous l’avez écouté sans regarder votre téléphone en même temps. Regardez la joie dans ses yeux, sa fierté de grandir.


Ces mots d’encouragements peuvent avoir des effets positifs sur votre enfant. Pensez plutôt à des mots comme :

« Tiens, tu as mis de belles couleurs dans ce dessin. Qu’est-ce que tu aimes le plus dedans ? »

« Tu as été courageuse pendant la piqûre, tu ne penses pas ? »

“Tu dois être vraiment heureux d’avoir fait ce grand travail !”


Voyez comme ces phrases n’ont rien à voir avec les précédentes, elles demandent de l’attention et de la curiosité pour l’enfant ; il est au cœur de la conversation. Son avis est pris en compte et sollicité. N’hésitez pas à le lui demander souvent pour éveiller son jugement.


Si l’éducation de votre enfant vous intéresse vous pouvez aussi découvrir notre article sur la méthode Montessori.

Ce système permet à l’enfant de se construire pleinement en toute autonomie afin qu’il ait les clés pour devenir un adulte équilibré et qu’il puisse réussir sa vie.


La différence entre félicitations et encouragement

L’encouragement permet de souligner le travail accompli de l’enfant. Cela lui donne des motivations internes plutôt qu’externe.

« Tu n’as pas réussi cette fois, mais j’ai toute confiance en toi tu vas persévérer et tu réussiras ».


Des félicitations n’amènent pas un échange enrichissant, car l’enfant se dit qu’il a atteint son objectif et ne fera plus d’effort, alors qu’il peut toujours s’améliorer. Il peut devenir dépendant du regard extérieur et rechercher l’approbation constante.

« Bravo tu as réussi »

Mettez plus l’accent sur le travail accompli que sur le résultat obtenu.


Voici quelques pistes pour lui apporter confiance en lui :

  1. Vous pouvez aussi profiter de l’intérêt de votre enfant pour quelque chose pour le motiver à faire d’autres apprentissages. S’il aime dessiner des chevaux pourquoi ne pas lui proposer d’essayer de prendre des cours d’équitation.

  2. Questionnez-le sur ses connaissances. Quand vous lui lisez une histoire ou quand vous écoutez un podcast avec lui vous pouvez lui demander s’il connaît tel personnage célèbre ou tel mot ou alors tel concept. Vous allez considérablement enrichir son vocabulaire et ouvrir son esprit à des notions inconnues.

  3. Observez-le. Découvrez ses goûts, ses passions et partagez-les avec lui. L’enfant à besoin de se sentir épaulé pour faire ses propres expériences sans se mettre en danger.

  4. Si votre enfant a de la difficulté à réaliser une tâche avec votre soutien, n’insistez pas. Il n’est probablement pas encore prêt à faire cet apprentissage. Vous pouvez lui donner des tâches simples à effectuer. Commencez par lui demander s’il aimerait préparer tout seul son cartable pour le lendemain ou ses vêtements. Responsabilisez-le, les enfants aiment sentir qu’on a confiance en eux, ils seront ravis d’avoir les capacités d’aider leurs parents.


Les bénéfices :

Améliorer sa confiance en soi.

  • Améliorer ses performances.

  • Augmenter sa motivation.

  • Moins d’angoisse.

  • État d’esprit positif.


Évitez aux maximums de :

  • De le comparer aux autres.

  • Lui demander d’en faire plus ou mieux.

  • Les compliments faciles sans argumentaire.

  • Mentir.

  • Le surprotéger.



Encouragez-le à dépasser ses peurs

Apprenez-lui qu’il est naturel d’avoir peur et que le courage ce n’est pas l’absence de peur, mais de dépasser ce sentiment pour continuer à avancer.

Faites preuve d’empathie envers lui, parlez-lui comme vous parleriez à un ami. Ne minimisez pas ses peurs, normalisez-les. Demandez-lui sur une échelle de 1 à 10 où sa peur se situe.

Rassurez-le en lui racontant que vous aussi vous avez eu ces mêmes peurs à son âge, dites-lui que vous êtes là pour le protéger.

« Je comprends ta peur, je suis là pour t’aider si tu as besoin »

Demandez-lui ses sentiments.



Astuce Gardeesy :

Découvrez Apprendre à éduquer.

Caroline est une blogueuse qui parle de bientraitance éducative. Depuis 2014 elle partage ses astuces bienveillantes avec sa communauté.

Retrouvez ici un livre pour encourager la persévérance et donner le courage de s’exprimer.


Découvrez Papapositive.

Dans cet article de blog papapositive vous propose 7 livres pour encourager l’altruisme et la gentillesse chez l’enfant. Des livres, sélectionner par un papa au petit soin pour sa communauté.


21 vues0 commentaire